dimanche, mai 23, 2010

Biodiversité 2010, on n'y échappe pas

Ras le bol de toutes ces célébrations plus ou moins officielles toujours étiquetées Biodiversité 2010 avec parfois des zélus qui n'y entendent goutte.

Ces derniers jours je me suis baladé dans les alentours et j'ai ouvert les yeux et les oreilles.




A moins de dix kilométres un "hot spot" local , une prairie d'Orchidées indiquée par le Gablon en vadrouille. Je n'en avais jamais vu de pareille. Merci Jean et Clément.






A 5 minutes du chef lieu de canton où je fais mes courses, en bordure d'un pré cette superbe demeure d'un animal considéré comme nuisible par plus de 10.000 bonhommes lotois...


Et le soir de retour chez moi, apéro géant de Batraciens près de la citerne avec un concert gratuit de rainettes méridionales mâles

6 Comments:

Anonymous Elisabeth.b said...

Comme je partage vos agacements. Il n'y a pas que les élus pour se gargariser de mots... et arracher l'herbe au lieu de la couper.
Ici aussi concert gratuit : merveilleux crapauds accoucheurs. Voix flûtées, mélodieuses.

lundi, mai 24, 2010 8:00:00 AM  
Blogger Jean Pierre J. said...

C'est vrai ! le crapaud accoucheur procure un démarrage bien maitrisé vers un sommeil paisible.

Malgré tous ces discours et cette attention à la biodiversité," on" a détruit au Round up la superbe bordure de coquelicots qui pousse chaque année au pied d'un mur de l'entrée de mon chef lieu de canton et le maire inamovible de l'endroit a trucidé deux énormes platanes, bousillant ainsi la perspective de la promenade le long de la rivière qui le traverse. "On" va dire que j'ai un esprit chagrin et compliqué.!!

mardi, mai 25, 2010 6:37:00 PM  
Blogger Catherine said...

Ici aussi ça chante dans le lavoir le soir.
Ah les édiles de campagne ! pour quelques uns qui sont dévoués et compétents combien d'incapables profiteurs.

mercredi, mai 26, 2010 7:03:00 AM  
Anonymous Elisabeth.b said...

Oh ! Et moi qui vous trouve l'esprit logique. Serais-je compliquée ?
J'observe souvent ce décalage entre un discours pompeux, convenable, souvent ennuyeux, et des gestes qui le contredisent.

Je pense alors aux merveilleux adultes qui m'enseignaient, enfant, à laisser la clairière intacte après un pique-nique. Point de vocabulaire savant. Oublier un papier était se conduire comme un sapajou. Suivi d'un rappel à l'ordre sévère. Point de cours sur le 'bio-dégradable'. Mais on enterrait les épluchures de pomme, parce qu'elles se décomposaient.
Le reste nous le remportions.
Expliquer, observer. Beaux apprentissages.

mercredi, mai 26, 2010 8:50:00 AM  
Blogger Jean Pierre J. said...

Et en temps de pluie, après le pique nique en salle, faire balayer les garçons, seuls, en demandant aux filles d'observer leur savoir faire en ce domaine....

Plaisir augmenté quand les garçons étaient originaires des pays autour de la Méditerranée: il est vrai qu'on était en Provence....

mercredi, mai 26, 2010 2:15:00 PM  
Blogger Jean Pierre J. said...

Mais ils y viennent en ce moment, nos chers édiles...Parfois il faut les forcer un peu, créer une association ou écrire un article. Certains résistent cependant; j'en connais un qui rase les ripisylves de la future zone Natura 2OOO et nettoyant ainsi pour un moment les rives vertes de la rivière Espérance.Une fois rasées, les textes leur assurant une protection paraitront au Journal Officiel... Et les oiseaux qui y nichent en ce moment iront se faire voir ailleurs....

mercredi, mai 26, 2010 2:22:00 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home