dimanche, janvier 22, 2006

Nombril de Venus



Comme il est plutôt rare sur les murs du voisinage, plutôt calcaires, j’en ai installé un exemplaire au sol dans un double pot , au milieu de galets et de cailloux non calcaires, pour respecter ses préférences de milieu siliceux. Dans un peu de terre pauvre, drainée par des petits graviers, j’ai planté sa souche tuberculeuse, arrondie et charnue
Ainsi je peux observer à loisir cette plante vivace discrète hors de la période de floraison et notamment en ce milieu Janvier.

En cette période de l’hiver, Umbilicus rupestris passe un peu inaperçu et poursuit doucement son parcours annuel commencé à la fin de l’été dès les premières pluies du mois d’Août.

Comme les premières feuilles vertes tardaient un peu â se développer cette année, je l’ai arrosé et très vite je les ai vues démarrer.

Partant presque toutes de la base, elles sont arrondies; voire orbiculaires, concaves, crénelées, épaisses, à nervures partant approximativement du centre.

On peut, parait il, les manger en salade. Il est vrai qu’elles sont riches en eau, ce qui permet à la plante de passer allègrement les périodes de sécheresse sans souffrir apparemment .

Nous attendrons donc le mois de mai pour commencer à voir se développer la longue grappe de fleurs blanc-jaunâtre pendantes aux pétales soudés. Sur les murs siliceux la plante est installée dans les interstices, et développe à la floraison une silhouette aisément reconnaissable où l’axe de la grappe, rigoureusement vertical reste parallèle aux plans du mur. Puis les parties aériennes de la plante sèchent rapidement avec les premières chaleurs; seul le tubercule va continuer à l’abri une vie ralentie.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home