jeudi, mai 03, 2007

Mispoulet

Depuis que je me suis mis à travailler sur le fragment de carte IGN où il figure, bien en évidence dans le coin inférieur gauche, ce joli nom d'un hameau à l'écart de St Médard me perturbe.

Mispoulet, çà ressemble tout de même beaucoup à mespolièr, mesplièr, mespola, mèspla et puis ensuite on va glisser à nespolièr, nesporièr, nispolièr, et donc nisporièr. Et ce n'est pas Monsieur Nespoulos, habitant l'Occitanie, qui me contredira.

Ni Monsieur Linné, homme du Nord latinisé avec son Mespilus germanica, le Néflier.

On pourrait continuer longtemps ainsi, avec l'aide et la complicité de petites Flores occitanes et d'Alain Rey et de son Histoire des mots, arbitre incontournable de discussions familiales passionnantes autour des origines précises d'un mot inhabituel surgi au détour de la conversation.

Défileraient ainsi le grec mespilon, mespilé, le latin bien sûr mespila "épine blanche", l'ancien provençal nespola. Et puis nesples, nesfles qui permet de passer facilement à nèfle.

Des nèfles !!!!

Expression de refus !!!

Refus de ces petits jeux linguistiques faciles: recentrons nous sur la plante !

Gageons qu'il devait y avoir ,depuis la nuit des temps, à Mispoulet, un de ces arbres anciens robustes, produisant des centaines de fruits, héritage paysan, probablement planté dans une haie rustique, comme les nombreux pommiers et poiriers ensauvagés que l'on recense encore.

L'habitué des courses botaniques en rencontre de temps en temps, comme par exemple celui, monumental, situé dans la vallée de Salvezou; il le contemple alors avec un certain respect en se promettant des cueillettes tardives pour des productions maisons gourmandes.

Mais nous ne sommes encore qu'au printemps et les nèfliers sont encore en bouton.


De fait, à deux pas de la maison, dans le bois voisin, nos nèfliers, plus modestes, à taille d'arbustes, compagnons habituels des ajoncs et des germandrées scorodoine, habitants fidèles de nos pauvres sols (oligotrophes) sableux , démarrent leur floraison.



Les grands sépales esquissent autour du bouton floral la forme inimitable du futur fruit blétissant et consommable après la première gelée.


Une larve d'Insecte semble s'y être déjà installée et laisse des traces sur une feuille du dessous.

Et puis vient le temps des belles grandes fleurs blanches isolées à symétrie 5 ( c'est une Rosacée en effet)

Ce sera aussi le moment d'aller apprécier par le toucher la pubescence doucement subtile des feuilles toutes neuves.

Attention aux rameaux épineux tout de même.

Libellés : , , ,

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home