vendredi, mai 08, 2009

Nature, rupture et lecture.

Rude journée : des réunions en salle, alors que le soleil brille et chauffe; on serait si bien sur le terrain à guetter la Belle dame (le papillon migrateur bien sûr...qu'allez vous imaginer ..) ou à repérer quelque nouvelle floraison; en soirée passage de nuages sombres qui iront donner des orages ailleurs.

"Gestion de la nature" au programme dans les deux cas.

Un conseil de site le matin: près de chez moi, l'état des lieux, écologie, végétation et faune dans un espace naturel sensible très original au milieu de ce pays de Causses calcaires, les landes à bruyères, les prairies humides et les tourbières du Frau sur les communes de Lavercantière et de Peyrilles. Présence sympathique des élus responsables du Conseil Général et des maires des deux communes. On parle description de la nature, plantes, papillons rares, libellules, oiseaux, et aussi fermeture des milieux liés à la déprise agricole, actions à venir: le patrimoine naturel est riche et on a le souci de le conserver au mieux. Les élus ont bien expliqué leurs projets en particulier la transmission aux administrés et aux enfants. Bonne ambiance, rafraîchissante, pleine d'espoir. On termine la discussion en buvant un coup à la fin à la santé des espaces naturels du département.


Changement total d'ambiance l'après midi: Commission dite de la Chasse et de la Faune Sauvage, où le seul but affirmé est de conserver un soit disant équilibre agro-sylvo-cynégétique, credo conceptuel administratif et campagnard, antique et poussif, et par nature instable, balayé par exemple en quelques heures et en d'autres lieux par la moindre tempête, capable de mettre un certain désordre dans les pinèdes les maïs et les palombières.

Atmosphère lourde, des nuages orageux à l'extérieur. Dans la salle, un conflit affiché dans la presse forestier-chasseur est là en filigrane et tout le monde attend de voir comment on va s'occuper des chevreuils de Bouriane.

En deux mots, le probléme: depuis la réintroduction du chevreuil dans le département, les plans de chasse ont fait grimper les populations animales régulièrement; et depuis quelques années, les chevreuils bien présents dans le paysage ont provoqué des dégâts sur les jeunes plants de Pin Maritime jusqu'à maintenant compromettre la régénération naturelle de la forêt.
Bref, le syndicat des propriétaires forestiers hausse le ton face à la Fédération des chasseurs qu'il rend responsable de cette situation. C'est l'administration, en l'occurence la DDEA, qui doit arbitrer ce qui peut apparaitre comme un conflit d'intérêts, la richesse de la biodiversité des milieux naturels, si souvent évoquée en toute ignorance, semblant être le cadet des soucis ou la cinquiéme roue du carrosse, comme votre serviteur d'ailleurs.

On se demande parfois, pourquoi dans ce type de Commission consultative, on a offert un maigre strapontin au représentant d' une association de protection de la nature à qui on fait souvent bien comprendre que le pouvoir de toute façon, étant donné la composition de ladite commission et la politique dans notre beau pays, appartient aux chasseurs et qu'on ne le tolère là que par simple politesse, toutes les décisions techniques intéressantes étant prises ailleurs ,de façon toujours obscure et surtout en dehors de sa présence. S'il ose demander quelques précisions, par exemple la simple courbe de l'évolution de la population des chevreuils depuis leur réintroduction, on lui fait bien comprendre qu'on n'a pas le temps, que dans ces domaines seuls les chasseurs sont experts, qu'ils sont les seuls détenteurs des secrets de la nature, et qu'il est inconcevable au 21°siècle comme dans la préhistoire de ne pas leur faire confiance, les yeux fermés.

Retournez à vos lectures et dormez en paix, braves gens.

Moralité: un après midi perdu à se repérer dans le désordre.

2 Comments:

Blogger Peyo said...

Il y a des "extrémistes" partout, chez les chasseurs comme chez les écologistes, seulement le chasseur on l'écoute...forcément il est armé lui!
-sourire-
Peut être que l'écologiste bienveillant doit alors se doter d'un fusil pour se faire entendre... S'il vous plait n'en arrivons pas là.

mardi, mai 12, 2009 9:26:00 PM  
Blogger Jean Pierre J. said...

Je reste persuadé qu'il sera de toute façon absolument nécessaire de s'armer ....

................de patience.

mardi, mai 12, 2009 11:00:00 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home