lundi, novembre 10, 2008

Aimable coquille

J'ai bien lu ces derniers jours sur le journal:


"le bois roméal fragmenté"





Plus de détails ici

mais lui, il est toujours .

Libellés : , , , ,

5 Comments:

Anonymous Catherine said...

J'avais remarqué, lors de l'élagage des arbres le long des routes, que le bois était broyé immédiatement et laissé sur place.
Pour l'auteur de la coquille la nature est certainement une histoire d'amour ;-)

mardi, novembre 11, 2008 10:39:00 AM  
Blogger Jean Pierre Jacob said...

C'est vrai, cette pratique commence à se répandre le long des routes aussi chez nous. Et le petit broyeur est bien pratique pour répandre au pied des arbustes.

mardi, novembre 11, 2008 11:21:00 AM  
Blogger Elisabeth.b said...

Intriguée, j'avais envoyé un courrier à Vérone. La réponse m'arrive à l'instant :

« Je confirme, c'est une histoire d'amour.
Baci,

Giulietta »


Le post-scriptum est flatteur, mais plus embarrassant :
« Vous pourriez traduire Bouriane Verte* en italien ? Ce serait maraviglioso ! Baci, arrivederci, » etc...

* le blog

mardi, novembre 11, 2008 12:41:00 PM  
Blogger ij said...

il m'a quand même fallu relire à deux fois pour rire de la coquille du bois et faire le lien avec Juliette.
Mais c'est excellent quand je prends le temps.
L'interviewe est-il, le fermier qui habite à coté d'Ussel (du Lot)?

vendredi, novembre 14, 2008 1:58:00 PM  
Blogger Jean Pierre Jacob said...

ij, tu peux dire merci à Elisabeth qui a donné un indice déterminant pour mieux comprendre ce qui m'avait amusé à la lecture du journal.
Le promoteur du bois raméal fragmenté habite Livernon sur le Causse de Gramat, et je l'avais découvert sur France Culture dans l'émission Terre à Terre. Depuis, cette technique s'est répandue dans le Lot et au delà: il y a eu des rencontres avec ses promoteurs canadiens.Je l'ai essayée au pied de mes rosiers dans ma mauvaise terre sableuse..

vendredi, novembre 14, 2008 2:55:00 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home