samedi, novembre 22, 2008

Comme les chevaux, il faut bien attacher les herbiers.

Un vent de regrets semble souffler maintenant sur le Massif Central.

A croire qu'on n'a pas bien suivi le forum de Tela Botanica ou qu'on n'a pas su exploiter ses richesses.

Reportons nous à la mi Octobre aux alentours du 16 .

Je m'étais inquiété de la mise en vente de l'herbier d'Antoine Bras.

J'ai rédigé un message d'alerte en direction de la liste générale et de la liste tb-herbiers en donnant quelques renseignements sur Antoine Bras et notamment ses dates de naissance et de décès: 1802-1883.

Peu de personnes m'ont répondu.
Parmi les réponses, deux m'ont rassuré particulièrement: celle d'un museum proche, et celle d'une chercheuse dont on lit toujours avec intérêt les contributions sur les listes; je me permets de citer totalement sa réponse, puisqu'elle s'adresse à toute la liste de botanistes et qu'elle évoque une pratique que l'on peut retrouver aisément sur le site Legifrance.

Re: [Tela Botanica] Herbier d'Antoine Bras en vente

Bonjour,

Une piste peut-être : dans les bibliothèques publiques,il suffit que le
conservateur agréé de la collection, mandaté par sa tutelle préempte l'objet
au terme des enchères. C'est ce qui permet à de nombreuses oeuvres d'entrer
dans des collections d'état. Peut-être cette disposition est-elle extensible
aux collections que sont les herbiers. La bonne démarche consiste à se
rapprocher de son autorité de tutelle, à plaider (rapidement) le dossier, à
vérifier qu'on dispose des crédits et à se rendre aux enchères. Le prix
payé est celui du dernier enchérisseur, donc, effectivement, ça peut monter
un peu. Il faut éviter de le dire à l'avance si on veut éviter les spéculations. J'ai cependant l'impression qu'un herbier aura moins de chance de crever les plafonds de vente qu'un tableau de Van Gogh ou un manuscrit de Brel(non préempté, à ma connaissance).

Peut-être le MNHN ou MPU ont-ils
l'expérience de ces affaires?

Ayant donc rempli mon devoir de lanceur d'alerte, totalement rassuré par toutes ces réponses de gens bien mieux placés ou plus compétents que moi, et qui c'est sûr, allaient agir, je suis passé à d'autres préoccupations, non sans avoir souri plusieurs fois sur l'extraordinaire activité de ce cher Antoine Bras, mort en 1883 et continuant à enrichir son herbier jusqu'en 1929......


Libellés : ,

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

A propos de la vente de l'herbier Bras, conduite de façon curieusement "expéditive"... il aurait été nécessaire que les acquéreurs pôtentiels se présentent en rang serré et non en ordre dispersé chacun ayant une enveloppe insuffisante.
A retenir !
L'union fait la force !

jeudi, novembre 27, 2008 9:26:00 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home