mardi, décembre 02, 2008

Je hais les dimanches..

"La chasse dans les régles de l'arc": un article de la Dépêche de ce Lundi met en vedette une battue au sanglier inhabituelle qui vient d'avoir lieu à Espère avec les archers du Lot, le gibier blessé étant repéré à la trace et géré par des chiens de rouge ou chiens de sang. Pour le détail, je renvoie aux sites des associations locales.

Je cite une partie de l'article reprenant les propos d'un chasseur à l'arc:

"C'est un exercice très intéressant, car il fait appel à de bonnes qualités physiques et à une préparation rigoureuse.
C'est fascinant de pouvoir être tout prêt d'un animal en se fondant dans la nature afin de ne pas éveiller ses sens. Il m'est arrivé de me retrouver à quatre petits mètres d'un chevreuil. Ce jour-là, mon vrai plaisir, c'était tout simplement de regarder l'animal... sans le tuer"


Dans le même temps, ce même jour, près de chez moi, sur la route sinueuse et étroite qui descend vers la vallée au milieu de la forêt, à côté de dix voitures alignées encombrant la moitié gauche de la chaussée, sans triangle de sécurité, les conducteurs coiffés de rouge fluo, les mains dans les poches, discutaient en attendant je ne sais quoi. L'un d'eux démarre en trombe avant que je passe, m'obligeant à stopper.

Depuis trois semaines, dans cette unité de gestion où les sangliers ont copulé jadis avec ardeur, chaque week end, le Samedi et le Dimanche, le groupe est occupé ainsi à surveiller le même secteur, un secteur forestier en flanc de vallée, où d'habitude j'aime me promener, les sens en éveil, attentif à la moindre larve réfugiée dans le bois mort, au moindre mollusque en balade nourricière, au moindre lichen ou champignon inconnu ou inhabituel, heureux de découvrir le petit peuple varié qui occupe le dessous d'une grosse pierre.
IL M'EST ARRIVE DE ME RETROUVER A QUATRE PETITS METRES D'UN CHEVREUIL.

Mais ce dernier dimanche, comme les 3 dimanches précédent je n'ai pas eu la possibilité
de regarder un animal... sans le tuer... C'est un exercice très intéressant, car il fait appel à de bonnes qualités physiques et à une préparation rigoureuse
.

Sécurité oblige bien sûr.
La mienne d'abord...


Un jour sans chasse le week end serait quand même bienvenu pour tous, et surtout pour les promeneurs qui travaillent en semaine...
Il faut apprendre parfois à partager un peu le plaisir.... les amis...

Libellés :

4 Comments:

Blogger saint-marc said...

Gentil, JP, gentil !!!

;-)

un jour seulement ??

jeudi, décembre 04, 2008 5:19:00 AM  
Blogger Jean Pierre Jacob said...

Les sangliers forniquent librement...
Le maîs du Lot pousse au fond des vallées entre deux versants forestiers qui leur servent de refuge.Les recettes de sanglier sont très appréciées dans le Sud Ouest.Et les naturalistes sont très timides, trop timides..
Donc, je ne peux être que gentil....mais vigilant et attentif.
Bonne journée, Jean Luc

jeudi, décembre 04, 2008 7:44:00 AM  
Anonymous Anonyme said...

et bien moi je rêve du jour où il n'y aura plus que des chasseurs à l'arc! ça évitera qu'on prenne un cheval pour un sanglier, un vvtiste pour un chevreuil et les enfants du bon dieu pour des canards sauvages!

samedi, décembre 06, 2008 12:44:00 AM  
Blogger Jean Pierre Jacob said...

Ca évitera aussi aux chasseurs de se tirer dans les jambes en refermant une barrière ou en franchissant les clotures fusil non cassé. J'ai vu un de ces inconscients l'autre jour près de Soulomes au moment où je passais en voiture. Et je n'étais pas trop rassuré. A l'armée, quand on ne respectait pas les régles de sécurité, il y avait une sanction immédiate.

samedi, décembre 06, 2008 7:34:00 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home