lundi, août 27, 2007

Floirac, nature sur Dordogne lotoise.

Ce samedi, petite remontée vers le Nord...

Oh pas loin, la couasne de Floirac, espace naturel sensible..

Un grand bol de nature en vallée de la Dordogne.

Notre Conseil général pilote une animation grand public autour des Chauves-Souris, mal connues et mal aimées.

A ranger avec les Ours, avec les Loups, les Serpents, les Araignées et plein d'autres animaux, bestiaire qui entraine, autour de lui et de ses prétendus méfaits, des comportements archaïques, irraisonnés et imbéciles.

Quinze personnes.. dont trois enfants. Des gens raisonnables, certains, habitant Floirac, nous hébergeront pendant l'orage bienfaisant du repas.

D’abord des informations et des images...Normal, nos trois animateurs nous préparent aux observations de la tombée de la nuit.

Et puis on fait une petite répétition en plein jour du trajet à effectuer plus tard au crépuscule.

Et le botaniste se régale alors un peu dans le voisinage de ce village ancien , Floirac, espace cultivé sur sols de vallées, riche (maïs obligatoire..), espace habité et jardiné, oh combien agréable.

Ce qui permet de s’apercevoir que dans cette vallée de la Dordogne bien plus humide que le Causse proche, une quantité de plantes cultivées s’échappe des jardins et se naturalise facilement: le Buddleja bien sûr, le Févier ( Gleditschia triacanthos, dans sa version épineuse), le Prunus pissardii nigra à feuillage rouge viennent rejoindre le long de la voie ferrée à voie unique le Robinier présent depuis bien plus longtemps. Le Phytolacca est bien présent en bordure des haies, malgré les fauchages répétés.



Toutes ces plantes "envahissantes" viennent donc enrichir la liste lotoise en voie de confection.

Le soir, ensuite, jusqu'à 23 heures, ce sera le repérage au détecteur d'ultrasons des chauves souris au niveau du village d'abord, (Pipistrelles...) puis dans les vergers et jardins voisins
(Sérotines..) , et enfin au bord de la Dordogne sous les arbres de la ripisylve, pendant que chouettes, Hulottes, Effraies nous régalent d'un concert nocturne pendant que les Murins de Daubenton volent en escadrille au ras de l'eau et des arbres des rives en faisant crépiter
les batbox.

Un grand moment de nature... rare...

Des sensations et des émotions fortes devant cette Dordogne nocturne qui coule silencieusement, en assurant la vie d'animaux discrets, mais pourtant décriés.

Et un hommage, en forme de merci..

Aux jeunes animateurs militants associatifs qui ne ménagent ni leur
temps, ni leur peine pour nous informer et nous convaincre que cette
faune modeste est elle aussi en graves difficultés de part notre
présence humaine elle aussi envahissante.

Libellés : , , ,

2 Comments:

Blogger Elisabeth.b said...

J'ai tenu un jour une pipistrelle au creux de ma main. Sauvée des griffes d'un chat.
C'était très impressionnant : elle était si légère que je la sentais à peine. Et pourtant si vivante. Je l'ai gardée un court instant. Puis j'ai levé doucement mon bras et ouvert la main. Merveille, elle s'est envolée vers les sureaux.

mardi, août 28, 2007 10:14:00 AM  
Blogger Jean Pierre Jacob said...

La plus petite chauve-souris d'Europe: 4 à 8g de matière vivante !

mardi, août 28, 2007 4:41:00 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home