jeudi, janvier 03, 2008

Bouloc (82) ne veut pas voir s'installer une carrière

Pas de précautions oratoires. Entrons dans le vif du sujet.

Aux limites du Lot, en Quercy blanc, dans le Tarn et Garonne, à Bouloc en Quercy a surgi un projet de création de carrière.

Les habitants du village, et leurs proches voisins, en particulier des Lotois, n'en veulent pas.

Mais les "exploitants de carrières" constituent une population invasive et destructrice de biotopes. S'étalant beaucoup, parfois sournoisement, souvent sans autorisations d 'extensions, et sans se géner, parfois au détriment des voisins, ils transforment de larges superficies de sous-sol en argent , et les remplacent généralement par ces déchets ultimes qu'on contrôle mal ou pas du tout et dont on ne sait plus quoi faire; ramenant ensuite de la terre, ils "revégétalisent" en plantant des arbres à la va vite, et partent ailleurs pour amorcer un nouveau programme pierres-argent-ordures masquées-végétaux, ayant bousillé au passage les paysages et les communautés végétales séculaires, naturelles ou agricoles.

De plus, ils sont tenaces: s'ils sont évincés une première fois, forts de leur argent et de leurs moyens de lobbying, ils reviennent avec le même projet, habilement réécrit, et emportent alors l'accord des autorités de tutelle: celles ci, c'est bien connu, se sentent toujours obligées d'aller à l'encontre de la volonté du peuple, et de faire son bien malgré lui de façon autoritaire, en se souciant comme d'une guigne des questions de santé (amiante), bruits (aéroports), pollution (nitrates, pesticides....)

Après des décennies de fonctionnement d'un tel systéme, on commence à découvrir partout en France, les résultats de ce genre de politique initiée par des élites dépourvues de culture de l'environnement, avec des problémes divers qui surgissent maintenant de façon inattendue.

Pour en revenir à Bouloc, on a vraiment envie d'y vivre tranquille, sans poussières, sans trafic de camions, sans bruits d'explosions....

Une association, regroupant les opposants au projet a donc été créée pour l'expliquer et le faire savoir: elle s'exprime ici largement sur son site Internet dont nous avons ajouté les coordonnées dans la liste des liens du blog pour suivre plus facilement l'évolution des événements.

Et puis, à Lot Nature, on va aller faire un tour au printemps à Bouloc: dans ce Quercy blanc aux allures presque méditerranéennes, il y a toujours quelque plante rare, quelque insecte peu répandu qu'une dizaine de naturalistes à l'oeil exercé auront tôt fait de repérer pour mettre en valeur la présence.

Libellés : , , ,

5 Comments:

Blogger jean-luc saint-marc said...

Alley, compagnons !!!

Au boulot à Bouloc !!!

samedi, janvier 05, 2008 9:12:00 AM  
Blogger Jean Pierre Jacob said...

Francilie et Sud Ouest , même combat (;O)))Merci Jean-Luc

samedi, janvier 05, 2008 11:23:00 AM  
Blogger Donna said...

nimg
not in my garden (?) = n'importe quoi, mais pas chez moi?

Francilie, was is das?
Merci de préciser

Interrogativement vôtre

mercredi, janvier 09, 2008 11:41:00 PM  
Blogger Jean Pierre Jacob said...

Donna,

Pour la Francilie, le spécialiste c'est jean-luc, le supporter des "campagnons" de Bouloc. Il faut aller lui rendre visite.

Pas de carrière dans les jardins de Bouloc...Dans la région, les gens ne baissent pas les bras devant le saccage et le grignotage des espaces proches.Comment ne pas les comprendre? Ce n'est pas agréable de voir passer un camion chargé de cailloux, tournant à vive allure toutes les cinq minutes, comme je
le vois sur la route assez étroite que j'emprunte pour aller faire mes courses au chef lieu de canton.

jeudi, janvier 10, 2008 8:52:00 AM  
Anonymous Anonyme said...

Bonjour,
Bravo pour votre article, je suis d'accord avec vous d'autant plus que Bouloc n'est déjà pas gâtée avec les avions des parachutistes question pollution et nuisances sonores on est servis.
Quand vous parlez des débordement au niveau des autorisation pour la carrière, je doit dire que c'est déjà la cas pour les parachutistes un exemple en autre il ont droit d'aprés le convention à 10000 sauts par an, il en font le double ! et ça rapporte rien à la commune, au contraire les riverains ne pensent qu'à s'en aller....

lundi, mars 10, 2008 4:30:00 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home